CONCERT DU SAMEDI 9 JUILLET 2016

à la Chapelle Notre Dame des Sables

Jeunes Talents

entrée 12 €uros, gratuit pour les moins de 18 ans, étudiants, chômeurs


TRIO POLYPHEME

Cette formation, toute récente, est composée de trois musiciens actifs dans le département :

  • Gaspard PRENOVEC , violon
  • Bertrand LE CONNIAT, alto
  • Dimitri PEREIRA, violoncelle

Elle nous fera découvrir des œuvres de musique de chambre écrites par des  compositeurs pas forcément très connus.

 

 

PROGRAMME

    

  • Ernõ DOHARÀNYI  (1877-1960):     Marcia
    • Il s'agit du premier mouvement de la sérénade pour trio à corde en ut majeur op. 10 écrite en 1902. Hongrois dans l'âme, Doharànyi a imprégné la première moitié de son œuvre d'un souffle traditionnel et populaire qui nous rappelle les compositions de son ami Bela Bartok. Après la seconde guerre mondiale, sa production a exploré le folklore américain et le jazz.

  • Alexandre BORODINE (1833-1887): Trio en sol mineur
    • C'est en 1854 que le jeune compositeur et chimiste russe Alexandre Borodine (alors âgé de 21 ans) écrit son Trio en sol mineur. Borodine rend un hommage à la tradition russe en arrangeant et se réappropriant l'air traditionnel Чем тебя я огорчила? (Qu'ai-je fait pour te mettre en colère?) dont la mélodie est le point de départ de ce trio qui prend la forme d'un thème avec variations. La production entière du compositeur s'inscrit dans la continuité de ses prédécesseur Mikhaïl Glinka et Alexandre Dargomyjski, fondateurs de l'école russe. En effet, Borodine a consacré son oeuvre au développement et à l'enrichissement de l'art national, au point de se servir d'une chanson russe populaire pour enfants comme base de son propre Requiem.

  • Jean  CRAS (1879-1932):   Trio (1er et 3ème mouvement)
    • Héros de guerre, le brestois Jean Cras s'est distingué lors des deux conflits mondiaux pour ses actes de bravoure. Brillant officier de marine, il a composé la plus grande partie de ses œuvres en bateau, ce qui se ressent dans une écriture emprunte d'exotismes, tantôt agitée et tempétueuse, tantôt paisible et sereine, à l'image de la mer.


ALIENOR QUARTET

 



L’Aliénor Quartet, fondé en 2012 au conservatoire de Bordeaux par quatre jeunes guitaristes, dont deux étudient maintenant à Rennes, est né du désir de partager avec le public leur grande complicité musicale. Le projet du quatuor est d'ouvrir son répertoire en revisitant de grandes oeuvres grâce à d'audacieuses transcriptions mises en valeur par la richesse de timbres que permet la guitare. L'Aliénor Quartet aborde différents styles de Jean-Sébastien Bach à Astor Piazzolla en passant par Maurice Ravel et Manuel de Falla. Avec énergie et conviction, le quatuor propose une recherche musicale qui éveille la curiosité des mélomanes et contribue à faire de l'Aliénor Quartet un groupe qui étonne, qui réjouit et qui transporte son public.

 

Musiciens: Thomas PLANTEY, Antoine GUERRERO, Yann BARREAUD, François FONTES

 

PROGRAMME

  • J.S. Bach (1685-1750),           Suite pour orchestre n°2 BWV 1067
  • Maurice Ravel (1875-1937),   Ma Mère l'Oye

 


 

 Ambre Tamagna et Jeanne Chevallier

Ces deux élèves du "Pont Supérieur" des conservatoires de Bretagne et des Pays de Loire nous interpréteront deux œuvres de musique de chambre

 

Johannes Brahms (1833-1897)

 Sonate pour violoncelle et piano n° 1 op. 38 en mi mineur

  1.  Allegro non troppo
  2.  Allegretto quasi minuetto
  3.  Allegro

 Par deux fois, mais à vingt années de distance, Johannes Brahms a composé pour le violoncelle avec le seul accompagnement du piano. Si la Sonate n° 2 op. 99 (1886) eut quelque peine à s’imposer, la Sonate n° 1 op. 38, entreprise dès 1862 et achevée en 1865, connut un succès public immédiat. Elle a été dédiée au violoncelliste Josef Gänsbacher mais apparait également comme un hommage à un instrument dont les sonorités amples et chaleureuses semblent accordées tout naturellement à l’expression « brahmsienne ». Il n’y a pas de mouvement lent dans cette pièce et ce n’est pas sans raison que lui fut attribué le surnom de « sonate pastorale » : outre la parfaite simplicité de structure des trois mouvements, chacun offre la même fraîcheur, la même spontanéité sans emphase de l’inspiration mélodique.

 

 Astor Piazzolla (1921-1992)

 Le Grand Tango pour violoncelle et piano

 

 Le Grand Tango d’Astor Piazzolla est une pièce en un seul mouvement emplie de l’esprit du « Nouveau tango » (« Nuevo tango »). Ce style créé par Piazzolla fusionne les rythmes du tango traditionnel avec des rythmes plus syncopés issus du jazz mais aussi avec des éléments issus de la culture classique. Par ailleurs, il ouvre également le tango à des instruments inhabituels tels que le violoncelle.

 

Composé en 1982 et publié à Paris (d’où le titre français plutôt qu’espagnol), Le Grand Tango fut très probablement écrit à l’intention du fameux violoncelliste russe Mstislav Rostropovitch (1927-2007). Ce dernier reçut la partition dès sa composition mais, ne connaissant pas Piazzolla, il la laissa de côté. Ce n’est qu’en 1990 qu’il donna au Grand Tango sa première exécution publique.

 


Tous les concerts